Lieux

L’Eglise de Collongues (St Pierre)

Blottie tout au fond de la combe de Rolland, juste après l’antique lavoir, vous serez surpris par la beauté des lieux, le calme et la sérénité qui en émanent.

Vous découvrirez, tout d’abord, au travers des frondaisons son presbytère rectangulaire, au toit malheureusement effondré, accolé de façon inattendue au clocher triangulaire.

Un cadran  solaire datant de 1651 orne sa face sud avec, dans sa niche une cloche (1605?) gravée au nom de sa généreuse donatrice Célia MASSOU.

Pénétrant dans le petit cimetiere qui l’entoure, la chapelle romane apparaitra, solide, trapue, bien calée par une sacristie aux murs anormalement épais. Elle dégage une impression de robustesse qui, depuis 8 siècles, lui a permis de résister aux assauts du temps.

L’afeu

Sur son flanc droit passant sous le porche qui abrite aussi un “enfeu” a demi enseveli, vous pousserez la lourde porte et découvrirez un intérieur en bon état (un office religieux est encore célébré une fois par an), sobre avec un reste de fresque dans l’encadrement d’une fenêtre ainsi qu’une croix de pierre provenant du cimetière. La petite sacristie aux allures de “bunker” vous surprendra par l’épaisseur de ses murs, justifiée par sa fonction vitale de stabiliser le dévert important du mur.

Construite au 12e ou 13e siècle, elle figure en effet dans le “saintsimentum” des biens du comte de Toulouse au profit du roi de France établi en 1271, sous la dénomination de “sancto Sulpicio et Colongis”.

Reconstruite au 16e siècle, elle est encore considérée comme l’annexe de l’église de St-Sulpice Rivelot distante de 3 km.

Son nom “COLLONGUES” vient du latin COLONIA = COLONIE. Une colonie étant en pays conquis, une émanation de Rome, peuplée de citoyens romains dévoués à leur patrie.

Mais à l’origine, ce sont les CELTES qui s’implantèrent les premiers à Collongues en raison des nombreuses sources qui y jaillissaient. Ils en firent un lieu de culte adapté à leurs croyances et rites religieux, toujours très proches de la nature.

La conquète romaine et l’installation d’une “COLONIA” en terres villeneuvoises introduisit de nouvelles pratiques religieuses qui se juxtaposèrent à celles des Celtes sans les faire disparaître.

Par la suite l’avènement du christianisme provoqua un passage direct des religions indigènes polythéistes à celle du Dieu unique. Pour favoriser son développement, le clergé de l’époque prit pour habitude d’annexer, sans état d’âme, les lieux paiens et d’y implanter une église.

COLLONGUES fut construite dans ce contexte.

Aujourd’hui, elle n’est pas protégée au titre des monuments historiques. En revanche, sa situation dans le périmètre de la Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager de Villeneuve sur Lot, lui permet de bénéficier d’une surveillance du service territorial de l’architecture et du patrimoine.

Ceci-étant , sa restauration nous parait nécessaire et urgente.