Le Château de Rogé

Publié le 25/5/2021

Construit au 14è siècle, le château de ROGÉ (ou ROGER) a fait l’objet de plusieurs modifications et ce, jusqu’au 19è siècle. Au Moyen-Age, il était fortifié avec une enceinte de pierres de taille et une “maison-forte” en briques qui date vraisemblablement du 15è siècle.

Aux 16è et 17è, cette partie est agrandie à l’ouest, avec un étage supplémentaire sur les deux parties existantes et la construction d’une tour d’angle ronde munie de canonnières. Des croisées sont également ouvertes sur le Lot.

On dit que “les peuples heureux n’ont pas d’histoire”. Il en va de même pour le château de ROGER. En effet, dans toute l’existence tourmentée du Villeneuvois depuis le Moyen-Age, il est très peu mentionné, en raison sans doute, de son peu d’importance et de sa situation géographique si on le compare à celles des châteaux de PUJOLS, de PENNE, ou même de TEYSSONAT.

Les traces de son passé sont de ce fait assez rares; on trouve cependant mention de menaces et d’attaques pendant les guerres de religions et pendant la Fronde. Le château de ROGER est un des éléments de la seigneurie de ROGER dont le domaine comprenait la paroisse de La-Grâce et remontait vers ST-GERMAIN jusqu’à “ROUYRE”.

Sur ce territoire se trouvait l’église de ST-HILAIRE aujourd’hui disparue. (C’est pour la remplacer que la famille propriétaire du château a donné sa chapelle à la communauté). Il y avait également un prieuré fondé par les Templiers puis cédé par le roi à l’ordre de Nôtre Dame de la Grâce, quand le Temple a été eradiqué en France.

Implanté au bord du Lot ou le trafic fluvial entre CAHORS et la GARONNE est important sous l’ancien Régime, il a pour mission outre la surveillance de percevoir un droit de passage. En effet, le seigneur de ROGER, au titre de droits féodeaux, percevait une contribution pour tout franchissement du fleuve: deux écus par an en 1594, puis trois livres-tournois en 1657. Ce revenu complètait les autres ressources de la seigneurie (redevances des tenanciers qui cultivent les terres, les profits des métairies…)

Au fil du temps le château devient de plus en plus une agréable résidence seigneuriale. Pendant tout le 15è siècle et au début du 16è, ce château appartient successivement à Bertrand, Jean et Brandelin de FUMEL. Il passe ensuite à la famille de MONTALEMBERT (à l’origine Motte Lambert) dont une pierre tombale dans le mur porte le nom.

En 1636, Anne fille unique de François de Montalembert épouse Jean BOUZON DE BOURRAN et le château revient donc à leurs héritiers. En mars 1789, Joseph, Marquis de BOURRAN, seigneur de Roger et de St-Hilaire et autres lieux, assiste à l’Assemblée de la noblesse et de la sénéchaussée d’Agenais. Il est ensuite l’un des trois députés de la noblesse aux Etats Généraux.

 

Pendant les événements révolutionnaires, cette famille ne sera pas inquiétée en raison de la bonté du Marquis, qui se contentera de supprimer provisoirement sa particule. Le fils de Joseph de BOURRAN sera très aimé dans le pays; sa mort survenue le 3 février 1833 fut un deuil public. Puis au fil des mariages les propriétaires se succédèrent, DORDAYRES, puis PAPUS mort en 1912.

Le château devient propriété de deux de leurs quatre filles qui le vendent en 1920 à la famille SALLES. Les deux autres filles vendent l’église de la Grâce à la commune de Villeneuve en 1932. C’est alors la fin de la seigneurie de ROGER.

 

En 1962 la Ville de Villeneuve acquiert le château de ROGER. Aujourd’hui le site de ROGE (le R ayant disparu) est l’un des plus beaux espaces naturels du territoire Villeneuvois. Espace public de loisirs, on peut aussi s’adonner aux sports nautiques et équestres. Le château peut également être loué pour des événements spécifiques.