Au jour le jourEnvironnementHistoireLe BulletinLieuxPhotos

Eglise de Saint Germain de Teissonac

Publié

L’Église de SAINT GERMAIN DE TEISSONNAC est une petite église de campagne isolée dans son vallon, dont l’origine remonte au 12è siècle.

Elle fait partie des églises bâties à cette époque par les moines quand ils fondèrent des paroisses de mêmes noms qui structurèrent et développèrent la campagne française.

Depuis le Moyen-âge jusqu’à la révolution de 1789, les églises de St Sulpice et de St Germain dépendent plus ou moins du Prieuré de LA GRÂCE qui aurait été une fondation des Templiers.

Il est donc pensable que l’Église de St Germain ait été aussi construite par les Templiers.

Rattachée en 1271 à la juridiction de VILLENEUVE SUR LOT puis à celle de PENNE D’AGENAIS en 1340, elle ne semble pas avoir connu d’événement particulier qui attirât l’attention sur elle.

Le XVIe siècle nous en apprend beaucoup plus, l’église de St Germain est devenue l’annexe de celle de « La Grâce » et le restera.

A cette époque l’édifice a les dimensions et la forme qu’il conserve aujourd’hui : long de 20 pas sur 10 de large, avec un chœur voûté.

Un presbytère sur l’arrière de l’église, un cimetière qui l’entoure presque totalement complètent l’ensemble.

Default Gallery Type Template

This is the default gallery type template, located in:
/home/lessites/www/wp-content/plugins/nextgen-gallery/products/photocrati_nextgen/modules/nextgen_gallery_display/templates/index.php.

If you're seeing this, it's because the gallery type you selected has not provided a template of it's own.

Dans les années 1632 et 1633, l’Evêque d’AGEN visite l’église après les grands malheurs des guerres de religion. Ici pas de sanction parce qu’il n’y a pas de huguenots dans la paroisse, mais une remise en ordre avec l’instauration du catéchisme dominical, des aménagements intérieurs et surtout la tenue d’un registre des baptêmes et des messes pour les morts, ce qui constitue le début de nos archives municipales et départementales.

Par la suite, un relâchement dans l’entretien de l’édifice est constaté (comme dans tous les diocèses !) avec notamment l’abandon du presbytère, le vicaire résidant au prieuré de « La Grâce ».

En 1668, Monseigneur JOLY, évêque d’AGEN dresse un relevé descriptif précis de l’église, inventorie son mobilier et décide d’apporter les aménagements intérieurs qui lui donnent un aspect beaucoup plus moderne : murs blanchis, fenêtres vitrées, un tabernacle, un dais. pour l’autel, une barrière pour séparer le chœur de la nef etc…

L’allure générale de St Germain de Teyssonat est fixé pour 3 siècles. Les changements importants concernent la disparition du presbytère et de la partie basse du cimetière déjà fermée en 1632 peut-être pour cause de saturation ou en raison de l’instabilité du terrain ou les deux à la fois.

La partie actuelle du cimetière a été ceinte de murs en 1668. Après la révolution les choses de valeur vont disparaître sans pouvoir déterminer une date précise : le tabernacle peint et doublé au 18è siècle, deux tableaux de la même époque, les balustres…

Dans le même temps des travaux importants d’entretien et de consolidation ont été réalisés comme en atteste un dessin de 1786 qui montre que le sud de l’église est maintenu par des étais ou des échafaudages.

S’il est certain que de gros travaux ont été entrepris, il ne nous est pas possible d’en déterminer la nature exacte et la date.

Après la deuxième guerre, en 1945, l’abbé FOURES qui desservait alors la paroisse fait restaurer les 2 cloches : la grosse fondue en 1870 et pesant 470 kg et la petite de 170 kg fondue en 1828, signe que les cloches d’origine avaient été volées au temps de la Révolution.

Par la suite, il fait installer le vitrail représentant Saint GERMAIN et place la statue de Sainte GERMAINE au-dessus du maître-autel, ce qui peut interpeller.

Notre église chargée de 8 siècles d’histoire est un élément important de notre patrimoine.

Il nous appartient de veiller sur elle pour qu’elle puisse résister à l’usure du temps qui passe…inexorablement.

[Photos de Martin et Lawrence Ransom]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.