Au jour le jourDans la presseEnvironnement

Aménagement des berges du Lot (La Dépêche)

Publié

L’agglo lance une étude pour la mise en valeur de la rivière. Des réunions publiques ont lieu en ce moment puis à l’automne pour déterminer où et quoi faire.

Le premier coup de pioche devrait être donné d’ici la fin 2017, à Villeneuve-sur-Lot. La ville a en effet programmé sur son budget 2017, environ 300 000 € pour aménager, rive gauche, le chemin de halage qui va du quai de l’Aviron et passe sous le pont des Cieutat et celui de la Libération, jusqu’aux écluses, en amont, face au musée de Gajac et plus haut. «L’idée, c’est de permettre aux gens de se promener le long du Lot, les pieds au sec, sans patauger dans la boue, ou aux familles de s’y balader avec une poussette ou un landau, ce qui relève actuellement du parcours du combattant», expliquait jeudi (1), salle des mariages, le maire de Villeneuve Patrick Cassany.

Lot, lien et bien commun

La ville centre est en phase avec l’étude qui était justement présentée jeudi, salle des mariages, par Jacques Ségui, paysagiste, pour le compte de la Communauté d’agglomération du Grand Villeneuvois (CAGV). Une étude ancrée dans les 7 communes de la CAGV baignées par la rivière (Villeneuve, Bias, Le Lédat, Casseneuil, Sainte-Livrade, Saint-Etienne-de-Fougères, Fongrave), qui débute tout juste et qui a pour but de valoriser le Lot, «notre bien commun, notre lien», comme le soulignait le maire de Villeneuve, également président du Grand Villeneuvois. «L’idée, c’est de mettre en valeur les berges du Lot», expliquait le paysagiste à la dizaine de Villeneuvois présents à cette réunion publique jeudi après-midi. «Il y a un manque de continuité des cheminements le long de la rivière : certains ne sont pas entretenus, d’autres sont coupés par des propriétés privées, etc. Le but de nos préconisations sera de favoriser les accès à la rivière, pour s’en approcher au maximum, à pied, à vélos, et en avoir aussi une lecture touristique, depuis ses berges, mais aussi à partir de points de vue plus éloignés comme le village de Pujols par exemple. Nous ferons alors une série de fiches techniques, appelées plans de paysage qui feront état des projets déclinables localement, et du chiffrage de ceux-ci». À charge ensuite pour les communes ou la CAGV de les mettre en œuvre dans les années à venir.

(1) Prochaines réunions publiques : jeudi 27 avril à 14 heures à la salle des mariages mairie de Sainte-Livrade pour Fongrave et Saint-Etienne-de-Fougères ; vendredi 28 avril à 14 heures dans la salle des fêtes de Campagnac au Lédat, pour Bias et Casseneuil.

Le chiffre : 300 000 Euros de travaux. Pour aménager les quais, à Villeneuve, entre l’Aviron et l’écluse de Virebeau.

Diagnostic et aménagements

L’étude se déroule en deux phases. D’abord le diagnostic : «On veut venir à la rencontre des habitants pour qu’ils nous disent quels sont pour eux les endroits à mettre en valeur, les points emblématiques, ou au contraire ceux qu’il faudrait effacer.» Après Villeneuve hier, une autre réunion aura lieu jeudi prochain 27 avril à Sainte-Livrade et vendredi 28 au Lédat. «Dans la deuxième partie de l’étude, nous reviendrons organiser des réunions publiques, à l’automne, pour recueillir les idées concernant les aménagements : lieu de promenade, point de vue, aire de repos, pistes de vélos, aire de jeux, etc.»

[Article et photo de Jérôme Schrepf, La Dépêche du Midi du édition du 21/4/2017]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.